Lafayette, le Héros des Deux Mondes

Le Héros des Deux Mondes.

Gilbert du Motier de La Fayette

Je suis ici pour apprendre !“. Par ces mots, La Fayette avait tout de suite été reconnu par George Washington. L’éternel Apprenti, ou plutôt l’éternel apprenant, venait de se dévoiler.

La première entrevue entre ce jeune aristocrate français de 19 ans et le général en chef de l’armée américaine aurait pu se dérouler de cette façon. Après tout, il est bon de rêver ! Les deux Frères Franc-Maçon se sont peut-être donné une poignée de main et ont su aussitôt que malgré la différence d’âge, ils étaient des enfants de la même veuve. Cette rencontre devait déboucher sur une amitié qui allait durer toute une vie. L’américain aima en lui le fils qu’il n’avait jamais eu et le français perçut en Washington le père qu’il n’avait pas connu. Mais, pour paraphraser notre Frère Rudyard Kipling : dans le Monde Sacré: “C’était mon Frère et c’était très bien ainsi !

Gilbert du Motier, Marquis de La Fayette est né en 1757 d’une très ancienne et très riche famille de noblesse d’épée. Orphelin très tôt, il se retrouve à la tête d’une des plus grandes fortunes du royaume de France. Cependant, la vie de salon ne l’attire pas. Il veut perpétuer la tradition familiale et embrasser la carrière des armes.

C’est vraisemblablement à l’automne 1775, à l’âge de 18 ans, que le jeune Lafayette va recevoir la Lumière dans une loge militaire de Metz. À cette époque, le Siècle des Lumières, la Franc Maçonnerie est à la mode dans tous les milieux : la bourgeoisie, l’artisanat, le négoce, l’armée mais également au sein de la noblesse et du clergé. La reine Marie-Antoinette, fille de Franc Maçon, ne disait-elle pas à propos des gens de la cour : ” Ils en sont tous ! “.  Cependant, le Frère Gilbert restera pendant 60 ans un Franc Maçon assidu aussi bien en France qu’aux États-Unis. L’assiduité n’est-elle pas un devoir Maçonnique ? Il accédera à Charlotte (Caroline du Nord) au 33e degré du Rite Ecossais Ancient et Accepté (R.E.A.A.), sera coopté en 1830 membre du Suprême Conseil de France (chargé d’administrer les Hauts Grades du R.E.A.A.) et reprendra le maillet de Vénérable Maitre à 76 ans, un an avant sa mort.

Lafayette restera fidèle tout au long de son existence aux grands principes humanistes de la Franc Maçonnerie qui sont la Tolérance, la Vertu, l’Égalité et surtout cette Liberté qu’il ” idolâtrait “, selon son expression. « Franc Maçonnerie et amis de la Liberté ne sont-ils pas synonymes ? ».

F. Couvreur J.P. G.
11/21/2018